6 – Folklore et Traditions

Une inoubliable tradition polonaise : le Kulig

Si le voyageur qui se rend à Cracovie au moment des fêtes de fin d’année va découvrir la belle tradition des crèches de Noël, il est une autre tradition des fêtes de fin d’année particulièrement charmante : je veux parler du KULIG.

Chers internautes, je vous souhaite de participer au moins une fois dans votre vie à un kulig. Pour ma part, cela faisait des années que j’en rêvais. Et enfin, au Nouvel-An dernier, il m’a été donné d’en faire l’expérience. Et pas n’importe où, dans ce coin de Pologne qui me charme plus qu’aucun autre : Zakopane.,

Si vous ne savez pas ce qu’est un kulig, voilà en quoi cette réjouissance consiste : Depuis fort longtemps, durant les deux nuits de réveillon, celle de Noël et celle de la Saint-Sylvestre, la coutume s’est installée : Les habitants dans la plupart des villes, petites ou grandes, au cours de la soirée, se regroupaient pour prendre place dans des traîneaux tirés par des chevaux et ces joyeux cortèges partaient en chantant faire le tour de villages voisins à travers les chemins enneigés. Là, ils s’arrêtaient, les villageois les accueillaient en musique, ils dégustaient ensemble boissons et  toasts pour célébrer Noël et la nouvelle année.

La coutume se continue. Vous me direz : Il faut pour cela qu’il y ait de la neige. Vous auriez raison. La Pologne qui passe pour avoir un climat si froid, subit comme tous les autres pays le réchauffement climatique. Et là-bas aussi on soupire : Mais où sont les neiges d’antan ?

Ainsi, alors que j’avais, par précautions,  programmé ce kulig tant attendu en pleine montagne, dans cette splendide station des Tatras, dont les hivers sont généralement enneigés, j’apprends, le jour même du kulig, que le cortège de la nuit précédente – qui avait bien eu lieu en traîneau – a défait la couche de neige, moins abondante qu’à l’accoutumée, à tel point qu’il ne sera pas possible d’utiliser des traîneaux. A moins que la neige se remette à tomber, ce qui ne fut pas le cas, il faisait bien trop doux. Eh bien, le kulig a malgré tout eu lieu. Les organisateurs ont pensé à tout.

Dans ces cas, ils sortent vite des chariots (à roues) – ressemblant comme deux gouttes d’eau aux chariots des films de Far-West – et les mines déconfites des touristes s’éclairent bien vite en voyant ces équipages pittoresques dans lesquels les cochers les invitent à grimper. Les chevaux, qui font résonner en trottant leurs grelots tout au long du trajet par des sentiers au milieu des forêts, faisant tomber sur leur passage la neige des branches (car la neige est bien là tout autour), connaissent leur itinéraire parfaitement. Les attelages sont conduits par d’authentiques « gorale », montagnards de cette région des Tatry. Tout au long de la randonnée ils chantent des airs eux aussi traditionnels : « Goralu, czy ci nie zal ? » ou « Hej Sokoly », « zaszali Gorale » et bien d’autres chansons populaires.

Je partage le chariot avec un groupe de Mexicains, enchantés de leur aventure. Eh oui, les touristes à Zakopane, comme à Cracovie, viennent de multiples coins du monde.

Les chevaux, après une heure à trotter à travers les sentiers, nous arrêtent au village de Koscieliszko. Là, d’autres montagnards entourant un grand feu, nous font goûter le « thé goral » (où la wodka se mélange au thé) et des saucisses grillées sur les flammes. Les violonistes font danser ceux qui le veulent et on chante de plus belle.

Voilà ce qu’est un kulig. C’est joyeux, c’est charmant et convivial.

Au retour à Zakopane, la foule qui a envahi les rues, les bars et restaurants typiques, et particulièrement la célèbre rue Krupowki, est immense. Zakopane est envahi par d’innombrables touristes étrangers et de Polonais de tous les coins du pays. On y entend parler toutes les langues. Les feux d’artifice se déchaînent aux quatre coins de la station, l’écho des montagnes entourant Zakopane amplifiant les sons.

Bref, vous l’avez compris, Zakopane au Nouvel An, c’est un monde magique.

Je n’avais jusqu’à présent pas voulu écrire d’article élogieux sur ce coin de Pologne – qui est pourtant mon préféré. Il est en effet tellement rempli de touristes, en hiver comme en été, qu’il me semblait bien inutile de lui faire plus de publicité (bizarrement, c’est en France qu’on semble le moins connaître Zakopane, alors que des millions de touristes chaque année viennent ici de bien plus loin. Beaucoup d’Anglais, d’Italiens, d’Asiatiques et de Sud-et Nord-Américains par exemple, et également des visiteurs d’autres pays de l’Est voisins).

Néanmoins, pour ceux qui ne connaissent pas encore cette station de montagne, je vous en dévoile quelques facettes.

C’est tout d’abord une station de sports d’hiver. Elle comporte un tremplin de ski (qui avait été rendu célèbre il y a des années, lorsque l’un des jeunes skieurs locaux s’entraînant à Zakopane, avait remporté une médaille d’or aux Jeux Olympiques). L’été, les amateurs de randonnées en montagne y affluent.

Pour moi, c’est plus que tout, un lieu d’authentique folklore. Les gorale, qui sont traditionnellement des bergers, ont leurs costumes, leurs danses (acrobatiques), leurs chants et leur musique – ils s’accompagnent particulièrement au violon.

Cependant, Zakopane a joué dans l’histoire un rôle important. L’apparente insouciance de ses habitants cache un patriotisme qui s’est fait sentir lors des évènements tragiques de la Pologne.

Cette région si excentrée au Sud, et cette localité de Zakopane si nichée au sein de montagnes, ont attiré depuis longtemps, les artistes les plus fameux de toute la Pologne. Ils se groupaient ici, discutant des évènements, dans ces karczma de bois, ou bien, dans les moments de paix, venant respirer et prendre les eaux. Il y eut l’artiste-peintre Witkiewicz qui à la fin du 19ème siècle, lança, (en construisant sa célèbre maison appelée « Koliba ») ce qu’on a nommé « le style de Zakopane » désignant ces chalets pittoresques typiques. Il y eut des écrivains, tels Kraszewski, Sienkiewicz, Gombrowicz, Witkacy, des musiciens fameux tels Ignacy Paderewski (retrouvant ici sa grande amie la célèbre comédienne Helena Modrzejewska), Karol Szymanowski (dont subsiste la maison appelée « Atma »), et Karlowicz qui trouva la mort dans une avalanche aux alentours de Zakopane. Tous étaient sous le charme de cet endroit unique. (Quant à Karol Wojtyla (célèbre Pape Jean-Paul II), né aux pieds de ces montagnes qu’il a escaladés à ski ou en randonnée l’été, bien des photos le montrent dans ce coin de Pologne qu’il n’avait jamais oublié !)

 

A quoi bon en dire plus ? Les mots ne peuvent rendre l’atmosphère de Zakopane, il faut y être allé, avoir respiré son air revigorant, contemplé ses paysages, écouté les gorale, marché sur les traces des glorieux artistes qui l’ont aimé, pour savoir vraiment ce qu’est Zakopane.

 

Cette réjouissance du kulig étant terminé, j’ai quitté Zakopane en autobus pour rejoindre Cracovie et là, retrouver un monde lui aussi magique d’une autre façon.

Parmi les nombreux musées qui s’y trouvent, un musée souterrain, unique en Europe, immense, fait revivre aux visiteurs les siècles passés. Le théâtre Slowacki, la Halle aux Draps, le château royal du Wawel, l’église Notre-Dame, et tant d’autres monuments, tant de rues pittoresques, tant d’églises admirables, c’est tout cela Cracovie…

Cracovie, l’âme et le berceau de la Pologne, recèle tant de trésors du passé, heureusement intacts, admirablement mis en valeur, c’est une ville que le modernisme n’a pas transformée.

Là aussi, il règne une joie de vivre, dans ces restaurants-spectacles (dont la Jama Michalika) comme dans des restaurants-vérandas illuminés le soir donnent une atmosphère plus magique encore à cette immense place médiévale du Rynek.

Les calèches, qui vous emmènent de la Halle aux Draps jusqu’au château de Wawel vous invitent à prendre votre temps. Le temps, dans cette ville majestueuse, qui a vécu tant d’évènements, ne semble pas avoir d’importance. Les siècles y fusionnent.

 

 

Hermine

Publicités
Catégories : 6 - Folklore et Traditions | Poster un commentaire

Hej Sokoły !

Connaissez-vous cette ballade du folklore polono-ukrainien, écrite en langue polonaise au 19ème siècle, qui s’intitule : HEJ SOKOŁY (ou DZWON, DZWONECZKU).

Les multiples versions que l’on peut en découvrir sur You Tube, accentuent cette atmosphère quasi-exotique qui ramène aux confins de la Rzeczpospolita d’alors… et du passé si bien décrit par Sienkiewicz dans son roman héroïque « Par le fer et par le feu » (Ogniem i mieczem). (Pour ceux qui ne connaissent pas cette œuvre, vous pouvez lire le 10ème mot doux d’Hermine où est présenté ce roman du prix Nobel de Littérature)

L’une de ces vidéos sur Internet accompagne la chanson d’extraits du film que Jerzy Hoffmann a réalisé à partir du roman. Fascinante ambiance de combats et de chevauchées dans la steppe.

D’autres versions, par des chanteurs et chanteuses polonais, slovaques, ukrainiens mêlent au chant de magnifiques images et paysages de montagnes et…de faucons. (le mot « Sokoly » signifiant « faucons », ils sont donc naturellement omniprésents à travers cette chanson et les vidéos correspondantes).

faucon

 

Hej, tam gdzies znad czarnej wody
Wsiada na kon kozak mlody,
Czule zegna sie z dziewczyna,
Jeszcze czulej z Ukraina.

REFRAIN : Hej, hej, hej sokoly
Omijajcie góry, lasy, pola, doly
Dzwon, dzwon, dzwon dzwoneczku,
Mój stepowy skowroneczku.
Dzwon, dzwon…

Zal, zal za dziewczyna,
Za zielona Ukraina,
Zal, zal serce placze,
Juz jej wiecej nie zobacze.

REFRAIN : HEJ SOKOLY…

Wina, wina, wina, dajcie,
A jak umre pochowajcie
Na zielonej Ukrainie
Przy kochanej mej dziewczynie.

REFRAIN : HEJ SOKOLY…


Hé là-bas au bord de la mer noire
Un jeune Cosaque monte sur son cheval
Tendrement il fait ses adieux à sa bien-aimée
Et plus tendrement encore à l’Ukraine.

Refrain : Hé, faucons,
Survolez monts, bois, champs, vallées,
Sonne, sonne, sonne, petite cloche,
Ma petite alouette des steppes.
Sonne, sonne.

J’ai bien des regrets de ma bien-aimée,
Et de la verte Ukraine,
De nostalgie mon cœur pleure,
Je ne la reverrai plus.

Refrain : Hé, faucons…

Donnez-moi du vin, du vin, du vin,
Et quand je mourrai, enterrez-moi
Dans la verte Ukraine,
Près de ma demoiselle bien-aimée.

Refrain : Hé, faucons…

 

Catégories : 6 - Folklore et Traditions | Poster un commentaire

Traditions de Noël en Pologne

Białych myśli lekkich jak puch,
niech Anioł przywieje z nieba,
otworzy skrzydłem nadziei,
i niech kolędę zaśpiewa.

papa noël

De blanches pensées légères comme des flocons
Que l’Ange nous apporte du Ciel,
Il ouvre d’un battement d’ailes les espérances,
Et nous chante les « koledy ». Lire la suite

Catégories : 6 - Folklore et Traditions | 2 Commentaires

Le Folklore Polonais – Costumes, Musique, Chants et Danses folkloriques

Chaque région de Pologne a son propre folklore, illustré par un costume coloré spécifique, des chants et des danses traditionnelles.

Ce qu’il y a de plus frappant pour le spectateur, c’est la vivacité  des danseurs,  le pittoresque des costumes, la richesse des couleurs.. Et – quand on comprend les paroles des chants -, la vie et les traditions de la campagne immortalisées.

Pour vous en donner un aperçu, voici une présentation succinte des éléments de folklore spécifique à quatre régions – dont les danses et chants ont été particulièrement mis en valeur par des groupes prestigieux. Lire la suite

Catégories : 6 - Folklore et Traditions | 8 Commentaires

L’Aigle Blanc – et autres emblèmes de Pologne

1.L’AIGLE BLANC POLONAIS

Tout commence à GNIEZNO, première capitale de la Pologne.

C’est dans cette bourgade de l’Ouest de la Pologne, près de Poznan, que Mieszko 1er, Chef de la tribu des Polanes, a fondé la nation polonaise, en unissant plusieurs tribus slaves.
Lire la suite

Catégories : 2 - Histoire, 6 - Folklore et Traditions | Un commentaire

Le Folklore Polonais – Zalipie, village de peintres

Dans une région du Sud de la Pologne que je connais bien car de là proviennent mes ancêtres, aux environs de Tarnow, on trouve nombre de petits villages qui semblent oubliés par le temps, des villages où le tourisme n’existe quasiment pas.

Lire la suite

Catégories : 6 - Folklore et Traditions | Poster un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.