Traditions de Noël en Pologne

Białych myśli lekkich jak puch,
niech Anioł przywieje z nieba,
otworzy skrzydłem nadziei,
i niech kolędę zaśpiewa.

papa noël

De blanches pensées légères comme des flocons
Que l’Ange nous apporte du Ciel,
Il ouvre d’un battement d’ailes les espérances,
Et nous chante les « koledy ».

Le réveillon, selon les rites, doit commencer lorsque la première étoile, l’étoile du berger, s’allume dans le ciel, c’est-à-dire tôt.

On commencera par quelques chants de Noël, qui portent le nom de « koledy ». Ces koledy sont fort anciens. (Certains ont été composés par le grand écrivain du 16ème siècle, Piotr Skarga). On chante près du sapin décoré de bougies peintes à la main et autour de la crèche. Ayez à l’esprit que ces koledy sont un peu des monuments provenant de l’âme de la Pologne. Ils ont été entonnés, au cours de siècles, dans des circonstances parfois radieuses, mais parfois tragiques, comme par exemple en exil, par des prisonniers polonais retenus dans les geôles allemandes ou russes à Katyn ou en Sibérie.

Voici le plus célèbre sans doute : « Wsrod nocnej ciszy » (Dans la nuit calme).

Wsrod nocnej ciszy Glos sie rozchodzi,

Wstancie pasterze, Bog sie wam rodzi !

Czym predzej sie wybierajcie,

Do Betlejem pospieszajcie,

Przywitac Pana.

 

Poszli znalezli Dzieciatko w zlobie

Z wszystkimi znaki danymi sobie.

Jako Bogu czesz Mu dali,

A witajac, zawolali

 z wielkiej radosci.

 

Ach, witaj, Zbawco, z dawna zadany,

Cztery tysiace lat wygladany !

Na Ciebie krole, prorocy czekali

A tys tej nocy nam sie objawil. 

 

Dans la nuit calme, une voix s’élève,

Levez-vous, bergers, Dieu vient au monde !

Préparez-vous au plus vite,

Hâtez-vous vers Bethléem,

Pour accueillir le Seigneur.

 

Ils sont partis, ont trouvé l’enfant dans la crèche

Marqué de tous les signes qu’ils a reçus,

Ils  saluèrent leur Dieu,

Et l’accueillirent avec grande joie.

 

Ah, bienvenue, Sauveur longtemps attendu,

Annoncé depuis quatre mille ans !

Les prophètes t’ont attendu,

Et toi tu nous es apparu cette nuit.

Cet autre chant de Noël, fort entraînant, n’est pas moins célèbre : « Dzisiaj w Betlejem ».

Dzisiaj w Betlejem, dzisiaj w Betlejem

Wesola nowina,

Za Panna czysta, ze Panna czysta

Porodzila Syna !

 

Chrystus sie rodzi, nas oswobodzi

Anieli graja, krole witaja.

Pasterze spewaja, bedleta klekaja.

Cuda, cuda ogloszaja.

 

Aujourd’hui à Bethléem, aujourd’hui à Bethléem,

Une joyeuse nouvelle,

La Vierge immaculée, la Vierge immaculée,

A donné naissance à un Fils !

 

Le Christ naît, il va nous sauver

Les anges jouent, les rois souhaitent la bienvenue,

Les bergers chantent, le bétail s’agenouille.

Des miracles, des miracles sont signalés.

Le troisième chant est le plus international puisqu’il s’agit du célèbre « Belle nuit » ou « Silent night ». En polonais, c’est « Cicha noc » (Nuit calme).

Cicha noc, swieta noc,

Pokoj niesie ludziom wszem.

A u zlobka Matka Swieta

Czuwa sama, usmiechnieta,

Nad Dzieciatka snem,

Nad Dzieciatka snem.

Cicha, Swieta noc,

Narodzony Bozy Syn.

Pan wielkiego majestatu,

Niesie dzis calemu swiatu

Odkupienie win,

Odkupienie win.

 

Calme nuit, sainte nuit,

Elle apporte aux gens la paix,

Près de la crèche la Sainte Vierge

Veille, souriante,

Sur le sommeil de l’enfant,

Sur le sommeil de l’enfant.

Calme nuit, sainte nuit,

Le Fils de Dieu est né,

Seigneur de grande majesté,

Il apporte aujourd’hui au monde entier

Le rachat des fautes, le rachat des fautes.

On peut passer à présent au repas autour de la table sur laquelle vous aurez répandu quelques brins de paille.

N’oubliez pas, selon la très ancienne habitude polonaise, de mettre un couvert supplémentaire. Pour les croyants, cette place en plus, c’est pour le Fils de Dieu.

Pour d’autres, c’est un éventuel pauvre de passage qui pourrait venir se réchauffer au cœur de votre foyer.

Jusqu’à la Renaissance, l’Eglise imposait le jeûne à la veille des fêtes carillonnées, donc la veillée était maigre. Pour ceux qui continuent de perpétuer cette tendance , on ne mange pas de viande ce soir-là, mais ce n’est pas pour autant qu’on fait abstinence. Les Polonais, vous le savez, sont, depuis les très anciens temps de la république nobiliaire, attachés aux repas copieux qui prenaient souvent des allures de banquets.

Si vous ne craignez pas de faire une légère entorse à la consigne de veillée maigre, vous ferez honneur, pour commencer, à la charcuterie, fleuron de la table polonaise. Songez que la table des magnats pouvait proposer des saucissons préparés de vingt manières différentes. Le lard (slonina) est aussi un grand classique qui accompagne bien un verre de wodka.

Les charcuteries seront accompagnées de cornichons (orgorki kiszone »), marinés. Crus, en salade, agrémentés de crème fraîche, d’aneth et d’oignons, il forme une crudité appelée curieusement « mizeria » (nom évocateur qui rappelle, parait-il, l’époque où certains nobles ruinés devaient se contenter de repas frugaux à l’instar des paysans dans la quasi-misère, d’où son nom qui est resté !)

Le hareng, roi des mers au moyen-âge, servi en début de repas, est le plus traditionnel complément au verre de wodka.

Le saumon fumé se prépare ainsi :

Ingrédients : 4 tranches de saumon fumé – 4 œufs – 1 filet de citron – 1 bouquet de persil.

Huilez des ramequins pour y mettre les tranches de saumon. Cassez un œuf sur chaque morceau et passez à feu doux jusqu’à ce que l’œuf soit cuit. Arrosez de jus de citron et saupoudrez de persil haché.

 

Vient ensuite le potage de Noël aux « petites oreilles » (Barszcz wigilijny z uszkami).

Là aussi c’est une tradition fort ancienne puisqu’on dit que le roi Poniatowski, au 18ème siècle, ne concevait pas de veillée de Noël sans ce plat !

Ingrédients : – 6 betteraves rouge – 50 g de kwas –

Pour la pâte : 125 g de farine – 1 œuf –

Pour la farce : 1 poireau, 1 carotte, 1 oignon – 1 œuf entier – 50 g de bolets séchets – céleri, persil ou aneth.

Préparation du kwas quatre jours à l’avance : Epluchez et coupez en tranches les betteraves crues et placez-les dans un récipient. Couvrez d’eau. Ajoutez une tranche de pain noir et couvrir.  Quand la fermentation a eu lieu au bout des quatre jours, le kwas est prêt.

Mettez les betteraves dans 1 litre d’eau, salez et laissez cuire pendant 20 minutes.

 A part, faites cuire les bolets et le mélange de légumes pendant 15 minutes qui serviront pour la farce.

Ajoutez le kwas dans les deux cuissons. Préparez alors la pâte (farine et un œuf) avec les champignons passés à la moulinette. Ajoutez un œuf entier, le sel, le persil ou l’aneth et mélangez. Farcissez de ce mélange des petits carrés de pâte (les « oreilles » du potage) et laissez le cuire pendant 10 minutes environ. Incorporez-les au potage et servez.

 

Cependant, la vedette du repas de veillée de Noël est la carpe, poisson noble par excellence avec le saumon. Jadis le plat de carpe était accompagné d’une sauce aigre-douce à la bière et aux amandes. Il y a deux variantes, selon que vous préférez le poisson froid ou chaud.

Pour le poisson chaud, voici « La carpe à la polonaise (Karp po polsku) ».

Vous pouvez utiliser un poisson entier, ou bien le préparer en darnes.

Ingrédients : – 4 darnes de carpe – 1 carotte – 2 oignons – céleri, gingembre, poivre et piment – 1 feuille de laurier – 5 clous de girofle – 25 cl de bière blonde – 10 cl de bière blonde – 10 cl de vin blanc – 150 g de beurre – 15 g de sucre – 20 g de câpres – 12 olives.

Faites tremper la carpe dans de l’eau vinaigrée pendant quelques heures. Rincez et essuyez. Coupez les légumes et l’oignon, ajoutez les épices et le zeste de citron. Poivrez, salez et sucrez. Déposez les morceaux de carpe écaillée dans la cocotte, arrosée de bière et de vin. Cuisez-les pendant 10 minutes. Incorporez le beurre, ajoutez les câpres et les olives. Servez avec des rondelles de citron.

Si vous préférez servir le poisson froid, voici la variante : « la carpe à la juive. »

Ingrédients :

–  4 darnes de carpe – 100 g d’oignons – 12 clous de girofle – 60 g de raisins secs blonds

–  1 citron – 1 bouquet de persil.

Faites tremper les raisins avec un zeste de citron, dans un peu de bière. Ecaillez la carpe,  salez et poivrez. Broyez les clous de girofle pour les saupoudrer et arrosez de citron. Faites revenir les oignons au beurre, arrosés de bière. Portez à ébullition et déposez le poisson. Cuisez à l’étouffée à feu doux pendant une demi-heure. Ajoutez les raisins au moment de servir. Nappez l’assiette de poisson avec le jus de cuisson en y ajoutant du persil haché.

Les accompagnements :

La choucroute à la polonaise, appelée « bigos » était à l’origine un plat typique des manoirs où il fallait à toute heure être en mesure de réchauffer un invité impromptu gelé et affamé. Le bigos cuit longtemps, parfois plusieurs jours s’il le faut pour être meilleur. On utilise, mélangé à la choucroute, des viandes très diversifiées, coupées en petits bouts.

Le chou blanc est aussi un grand classique. On farcit par exemple les feuilles de chou avec de la viande et du riz, parfois de gruau de sarrasin. Cela porte le nom poétique de « golabki » (petites colombes).

Chou farci au riz ou au sarrasin (« golabki »)

Ingrédients : 1 chou blanc – 130 g de riz ou de gruau de sarrasin – 200 g de hachis de porc – 50 g d’oignon – 1 jaune d’œuf – 20 cl de crème fraîche – persil ou aneth.

Mettez de grandes feuilles du chou dans de l’eau bouillante salée pendant 5 minutes. Egouttez. Faites cuire le riz à part dans de l’eau salée. Pendant ce temps, faites revenir les oignons à la poêle, en y ajoutant le hachis de porc(qui peut être remplacé par des champignons des bois selon votre goût). Mélangez alors au riz. Et déposez ce mélange sur chaque feuille de chou. Repliez les bords et roulez. Mettez les « golabki » obtenus au four chaud durant environ 20 minutes.

Pendant qu’ils dorent, préparez le bouillon, battez l’œuf et faites cuire.

Quand les golabki sont cuits, servez-les nappés de la sauce et décorés de branches de persil ou d’aneth.

Les champignons sont précieux dans la cuisine polonaise. Ils sont utilisés pour de bonnes soupes et aussi pour confectionner les piroguis, cette sorte de raviolis typiquement slave, que l’on peut fourrer de bien des façons (viande hâchée, fromage blanc, choux, mais aussi, en dessert, de myrtilles ou d’airelles.

Voici la recette des piroguis au chou et aux champignons des bois :

–  Pâte à piroguis : 250 g de farine – 2 œufs.

Mélangez les œufs à la farine. Travaillez avec les mains humidifiées, jusqu’à obtenir une pâte lisse et dure. Coupez la pâte en tranches et étalez-les au rouleau. Découpez des ronds de 6 cm de diamètre à l’aide d’un verre. Garnissez le centre avec la farce. Repliez alors la pâte en deux et rabattez les bords pour bien les fermer.

–  Farce aux champignons : 700 g de chou blanc – 25 g de champignons séché – 50 g d’oignons hachés.

Hachez le chou finement et trempez-le dans l’eau bouillante salée pendant 5 minutes. Faites cuire 15 minutes. Egouttez-le. Faites sauter les oignons et es champignons dans une poêle. Passez le mélange à la moulinette. Salez. Façonnez les piroguis et déposez-les sur une planche farinée. Laissez sécher. Faites cuire 12 minutes à l’eau bouillante salée. Servez les piroguis dorés et nappés de beurre fondu ou d’un peu de panure.

 

Grand classique aussi de la table polonaise est la crêpe de pomme de terre (Placki ziemniaczane), plat délicieusement rustique qui rappelle la vie à la campagne de jadis.

Ingrédients : 2 kg de pommes de terre – 25 g d’oignons – 1 jaune d’œuf – 2 cuillères de farine – crème fraîche.

Epluchez et râpez les pommes de terre. Ajoutez l’oignon haché, l’œuf et la farine. Salez et mélangez. Faites fondre du beurre dans une poêle et versez-y peu à peu les pommes de terre râpées. Faites dorer les placki. Nappez-les de crème et servez chaud. 

 

Passons aux desserts. Les gâteaux les plus traditionnels sont le sernik (au fromage), le makowiec (roulé aux pavots) et la szarlotka aux pommes. A cela on peut rajouter la fameuse friandise inventée au 18ème siècle par le gourmand roi de Pologne devenu duc de Lorraine, Stanislas Leszczynski : le baba (au rhum ou au malaga, pour imiter le souverain).

Baba à la polonaise (Baba po polsku).

Ingrédients : 20 cl de lait – 150 g de beurre – 75 g de sucre – 1 cuillerée de muscade – 50 g de raisins secs – 75 g d’amandes – 3 ozudq – 1 zeste de citron – 250 g de farine – 1 paquet de levure.

Ajoutez la muscade dans le lait. Faites fondre le beurre et l’ajoutez au lait avec le sucre, les raisins et les amandes, les jaunes d’œufs et les blancs battus en neige. A part, versez le mélange dans la farine, ajoutez la levure. Mélangez vigoureusement. Garnir un moule à baba ou un moule à hauts bords huilé. Faites lever au four pendant 30 minutes. Démoulez quand le gâteau est refroidi. Saupoudrez de sucre glace.

Pour faire comme le duc Stanislas, vous pouvez arrosez de rhum (le plus courant). On dit que le souverain avait arrosé, quant à lui, très copieusement de malaga…

 

Sernik (gâteau au fromage).

Ingrédients : Vous utiliserez un fromage blanc consistant, comme la callebotte ou le ricotta.

Pour la pâte : 250 g de farine – 50 g de sucre – 1 œuf – 75 g de beurre – 4 cl de crème – 1 sachet de levure.

Pour la garniture : 500 g de fromage blanc – 3 œufs – 80 g de sucre en poudre – 10 g de fécule de pommes de terre – 20 g de beurre fondu – 1 gousse de vanille – zeste d’oranges –

60 g de raisins secs – 3 cuillerées de rhum.

Mélanger le fromage écrasé et les ingrédients de garniture. Confectionner la pâte en gardant un peu de pâte pour confectionner des croisillons. Beurrez un moule et tapissez de pâte. Ajoutez le fromage. Cuisez dans un four à 200° pendant environ une heure.

 

Makowiec (gâteau au pavot)

Le makowiec a la forme d’un rouleau de pâte.

Ingrédients : Pour la pâte : 250 g de farine – 75 g de sucre – 1 œuf  entier et 2 jaunes – 75 g de beurre – 1 sachet de levure – 3 cuillères de rhum.

Pour la garniture : 250 g de graines de pavot – 1 œuf entier et 1 jaune – 25 g de beurre fondu – 1 cuillère de vanille – zeste d’orange – 40 g de raisins secs – petits bouts de noix – 100 g de sucre.

 

Faites gonfler les grains de pavot dans l’eau bouillante durant une heure. Egouttez. Broyez le pavot dans un mixer. Mélangez les ingrédients. Pétrissez la pâte avec les œufs, le beurre et le rhum. Enroulez la pâte sur elle-même. Mettez au four, enveloppé dans du papier de cuisson, durant 45 minutes. Une fois refroidi, saupoudrez de sucre et servez..

Les crèpes (nalesniki) sont fort présentes car on peut les fourrer de bien des façons diverses (à la viande hâchée, aux champignons, aux myrtilles, etc…).

Le plus souvent pour le dessert, on farcit les crêpes d’amandes ou de fromage blanc agrémenté de raisins secs, saupoudré de sucre.

Nalesniki z serem (crêpes au fromage blanc)

–        Préparez la pâte à crêpes

–        Pour la farce : 2 jaunes d’œufs –  250 g de fromage blanc (caillebotte, ricotta, babeurre  )-  50g de sucre – 40 g de raisins secs –   Crème ou yaourt.

Faites dorer les crêpes, tartinez-les avec le mélange d’ingrédients.

 

Nalesniki z migdalami (Crêpes aux amandes)

       Préparez une pâte à crêpes

–        Pour la farce : 4 œufs, 250 g d’amandes en poudre, 50 g de sucre en poudre, Crème ou yaourt

Mélanger la poudre d’amande et le sucre. Battez les blancs d’œuf en neige et ajoutez les jaunes d’œufs au mélange. Faites dorer les crêpes à feu vif. Tartinez avec le mélange d’amandes. Arrosez de crème ou de yaourt. Sucrez et servez.

 

Terminons par un « café à la polonaise » (« kawa po staropolsku »), pendant que vous allez déballer les cadeaux reçus près du sapin :

Il se prépare avec : 3 tasses de café arabica – 1 tasse de krupnik ou d’hydromel – de la cannelle en poudre.

Réchauffer l’hydromel ou le krupnik sans faire bouillir. Versez dans la cafetière et passez le café. Sucrez et saupoudrez de cannelle.

 

Le krupnik, c’est tout simplement de la wodka au miel. A côté du krupnik, il existe une boisson au miel non alcoolisé : L’hydromel « Miod Pitny ». Délicieux !

Finissons par un petit mot au sujet de la wodka.

Cette très vieille eau-de-vie est indissociable de la Pologne où elle est née il y a des siècles. A l’origine, (appelée alors gorzalka ou okowita), chaque manoir distillait sa propre wodka, et chacun de ces nobles sarmates le faisait  selon son propre goût, son imagination et ses secrets de fabrication, donnant naissance à un nombre infini de variétés. De nos jours, environ 70 variétés de wodkas polonaises sont restées.

On en fabriquait avec de l’orge, de la pomme de terre,  du blé, du riz, aromatisé aux prunelles, aux sorbes, etc.

En occident, on connait la wodka Wyborowa (de type «wodka claire » (wodka czysta) et la Zubrowka (du mot « Zubr » (Bison). On l’appelle aussi wodka à l’herbe de bisons, puisqu’elle provient de cette immense forêt de Bialowieza située à l’est de la Pologne où vivent les derniers bisons.

Bien sûr, chers lecteurs, il est inutile de vous rappeler que la wodka tourne bien vite la tête et que c’est sans doute cela qui avait valu si longtemps aux Polonais cette réputation particulière, selon l’expression française si irritante que chacun connaît – qui tend heureusement à disparaître, peut-être depuis que les jeunes Polonais comme les autres jeunes, boivent plus de bière que de wodka, et que cela saoûle beaucoup moins vite !

Avec ou sans wodka, chers lecteurs, mangez bien, amusez-vous bien et passez de très bonnes fêtes de Noël en famille ou entre amis !

Allez, voici un dernier chant, pas religieux celui-là, plutôt du style « chanson à boire » :

« Karolinka »

Poszla Karolinka do Gogolina, (bis)   

A Karliczek za nia, jak za mloda pania, z flaszeczka wina (bis)

 

Szla do Gogolina, przed sie patrzala (bis)

Ani sie na swego synka szykownego nie obejrzala (bis)

Karolinka s’en est allée à Gogolin (bis)

Et Karliczek derrière cette jeune fille, avec une bouteille de vin (bis)

 

Elle allait à Gogolin, regardant droit devant elle (bis)

Ne jetant même pas un regard sur ce charmant petit gars (bis)

 Wesolych Swiat  Bozego Narodzenia ! Joyeuses fêtes et à bientôt ! 

hermine

Hermine

Publicités
Catégories : 6 - Folklore et Traditions | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Traditions de Noël en Pologne

  1. Merci pour ce rappel des traditions, voici la dernière chanson 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :