L’Affiche Polonaise

L’art de l’affiche fait partie intégrante de l’histoire culturelle du peuple polonais qui a apprécié la capacité qu’offrait cet art pour transmettre un message.

A l’instar du cinéma ou de la musique contemporaine, on a pu parler « d’école polonaise » réputée, ayant influencé les professionnels de l’affiche dans d’autres pays comme le Japon ou la France.
C’est vers 1900 qu’on voit à Cracovie les premières expositions de l’affiche qui invitaient les artistes à tenter de nouvelles expériences dans ce domaine.

L’art de l’affiche ne s’est pas développé autour d’une publicité commerciale comme en Occident mais plus souvent autour d’évènements culturels, sociaux ou même politiques. L’importance des affiches a considérablement augmenté à l’époque où la Pologne, après 123 années d’occupation étrangère, a recouvré, en 1918, son indépendance.
Ainsi en 1920, sont apparues des affiches attirant l’attention de la population sur l’invasion de Varsovie par les Russes et l’action de l’armée polonaise pour les arrêter.

Cependant, l’affiche polonaise a pris forme réellement dans les années 1950. Avec l’arrivée du communisme après la guerre, les affiches, bénéficiant du mécénat de l’Etat, furent souvent consacrées à une propagande sociale, encourageant au travail de reconstruction et de production, représentant les ouvriers et les paysans au labeur, la famille … jusqu’à l’idéalisation de l’indéfectible amitié entre la Pologne et l’Union soviétique.

C’est aussi les grands évènements sportifs qui sont illustrés par l’affiche, ainsi que les concerts et les expositions.

Citons parmi les auteurs-créateurs les plus connus : Tomaszewski, Alexian, Maciej Urbaniec, Jan Lenica, Roman Cieslewicz…

Dans les années 1980, l’affiche consacrée au mouvement syndical « Solidarnosc », a fait le tour du monde. Sur cette affiche très connue, conçue par Czeslaw Bielecki, le mot « Solidarnosc » est inscrit au bout d’une feuille de température où chaque pic de la courbe porte les dates-clés des secousses sociales des quarante dernières années, exprimant l’aboutissement d’une lutte obstinée contre le communisme.

Se riant de la censure, l’affiche joua un rôle dans la rébellion de l’opinion.
En même temps, les affiches aidaient le peuple à reconstituer le passé. Cette réappropriation de la mémoire passa par des affiches qui rappelaient le massacre en 1941 de Katyn par les soviétiques.

En entrant dans ce libéralisme tellement attendu, l’affiche polonaise, si féconde dans les périodes de malheurs, n’a pas perdu l’originalité qui lui valut sa renommée.

A titre d’exemple, voici pour clore ce petit article, quelques affiches réjouissantes qui furent exposées à Paris (jardin du Luxembourg) en été 2010 à l’occasion de « l’Année Chopin ».

L’affiche polonaise ne manque pas d’humour, n’est-ce pas ?

HERMINE.

Publicités
Catégories : 5 - Arts & Sciences | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :